Nouvelles

Zizou Bergs: ?Dit is Zizou 24!?

De zege van de definitieve doorbraak? Daar heeft het alle schijn naar. Zizou Bergs (ATP 102) knokte zich naar zijn allereerste grandslamoverwinning en dat dan nog tegen een reekshoofd, Alejandro Tabilo (ATP 25), killer van Novak Djokovic in Rome! De Limburgse qualifier kan in deze vorm met vertrouwen naar een tweede ronde tegen Maximilian Marterer (ATP 101).

Wie gaf bij 3-6, 2-5 nog een cent voor de kansen van Zizou Bergs tijdens zijn eerste uitje op de hoofdtabel van Roland Garros? Alejandro Tabilo speelde vlotjes terwijl de 24-jarige Peltenaar tegen zichzelf vocht. Zijn tennis wilde maar niet loskomen terwijl de setpunten en de frustratie zich opstapelden. Maar Bergs beschikt gelukkig over een leeuwenhart en begon terug te knokken. Hij weerde maar liefst zes setpunten af en kroop, met de steun van de Belgische fans, dichter en dichter bij zijn Chileense opponent ?Ik was eigenlijk alleen op zoek naar mijn niveau?, zuchtte Bergs. ?Het was immers niet goed. Stapje per stapje ging het iets beter, maar ik zat toch nog ver. Maar de fans zetten zich erachter. Ik weet wel niet hoe ik die setpunten heb gered. Maar na een tijdje realiseerde ik mij wel dat ook hij niet top was. De omstandigheden waren ook wat anders dan de voorbije dagen.

Zo?n eerste grandslamzege ? na twee keer proberen op de Australian Open en één keer op Wimbledon ? smaakt zoet. De ontlading was enorm. ?Het is ongelooflijk?, grinnikte Bergs. ?Ik voel de adrenaline nog een beetje. Ik heb al wel wat ademhalingsoefeningen gedaan, maar het is moeilijk.? Deze overwinning zit dan ook vol symboliek: de eerste dus op Roalnd Garros, de eerste tegen een speler uit de top 25, waar hoogstwaarschijnlijk ook een plaats in de top 100 aan vastzit. Prachtig. De doorbraak lijkt hiermee helemaal ingezet. ?Dit is de Zizou 24!?, zei Bergs. ?De Zizou die er eigenlijk in het verleden nooit in slaagde om met matig tennis matchen over de streep te trekken. Maar nu hier op Roland Garros heb ik er zo al twee gewonnen. Dat is de grote switch geweest na mijn polsblessure. Ik ben solide geworden. En dit zijn de zeges die me opnieuw kansen gaan geven om beter te tennissen en nog meer matchen te winnen. Dat is echt wel top!?

Wij, en heel tennisminnend België, kijken dan ook al uit naar zijn volgende ronde. Met de 28-jarige Duitser Maximilian Marterer treft hij een tegenstrever die hij redelijk goed kent ? ze speelde drie keer eerder tegen mekaar (2-1 voor Bergs) ? en die binnen zijn mogelijkheden ligt. ?De deur staat open en aan mij om die weg nu verder te zetten?, klonk Bergs overtuigd. ?Hij is linkshandig en agressief maar op gravel speel ik wel graag tegen hem. Een leuke opportuniteit.? Zizou in Parijs is stilaan een heel mooi verhaal aan het worden. ?En zeggen dat Roland Garros vroeger mijn minst favoriete grandslamtornooi was?, lachte Bergs. ?Maar de sfeer hier is echt zalig. Die kwalificatierondes al, met dat orkest in de tribune. Dat is ongelooflijk. Om dan zoveel Belgen te hebben die mee helpen aan die  ambiance, dat is gewoon heel fijn om mee te maken.?

Alison Van Uytvanck: ?Ben ik nog wel goed genoeg? Die vraag stel ik me?

Het ging altijd een moeilijke opdracht worden voor Alison Van Uytvanck (WTA 397), die eerste ronde op een grandslamtornooi sinds de Australian Open 2023. Kwalificatiespeelster Tamara Zidansek (WTA 131) had bovendien al drie matchen in de benen en breidde daar jammer genoeg met 6-2, 2-6, 6-1 een vervolg aan. Voor Van Uytvanck wacht nu het gras.

Van een ITF35 in Hammamet en Bastad naar baan zeven van Roland Garros. Een wereld van verschil. Al zat er door het late aanvangsuur, en de exploten van Zizou Bergs, wel niet zo heel veel volk in de tribunes. Die paar mensen zagen wel dat Alison Van Uytvanck zich helemaal gaf en bij momenten zeker behoorlijk tennis afleverde. Tegen de ervaren en slim spelende Sloveense ontbrak evenwel nog die extra versnelling en een tikkeltje regelmaat om de bovenhand te nemen. ?Te veel ups-and-downs?, gaf ook de Brabantse toe. ?Heel frustrerend. Want op training lukt het wel. In een match kan  ik dan niet altijd dat niveau vasthouden. Ergens moet ik dat accepteren maar je hoopt natuurlijk dat het wel lukt. Ik ben echt wel teleurgesteld.?

De 30-jarige Van Uytvanck komt nu eenmaal van ver terug. Haar rugproblemen waren en zijn ernstig. Zoiets vergt tijd, en moed. ?Die twijfel over mijn toekomst is moeilijk om te dragen?, zuchtte ze. ?Ik heb het gevoel dat die meisjes rond de 200ste en 300ste plaats echt wel kunnen tennissen en dat ik er niet meer bovenuit steek, wat vroeger wel het geval was. Mijn lichaam is bovendien oké, maar ook niet meer dan dat. Er zijn altijd kleine kwaaltjes. Ik voel dat ik niet meer van de jongste ben. Dat is allemaal heel frustrerend. Ben ik nog wel goed genoeg? Die vraag stel ik me wel. We zullen zien nu op gras??

Daar kan het voormalige nummer 37 van de wereld misschien wat vertrouwen, in lichaam en tennis,  opdoen. Ze gebruikt haar ?beschermde ranking? alvast voor het WTA-tornooi van Rosmalen en Wimbledon, en begint op het ITF-tornooi van Surbiton. ?Op zijn minst zijn er niet zo?n lange rally?s en voel ik me geen Bambi op ijs?, glimlachte Van Uytvanck. ?Ik heb ook een inspuiting gehad in mijn knie en heb dus een ander gevoel in mijn bewegingen (op gravel) dan vroeger. Op gras ga ik daar minder last van hebben. Ik zou graag willen dat het sneller gaat. Ik heb niet die ambitie om die kleinere ITF-tornooien te blijven spelen. Hoe vlugger ik daaruit ben, hoe beter natuurlijk. Ik ga het tornooi per tornooi bekijken en als die grotere afspraken achter de rug zijn de balans opmaken. Maar als ik dan nog in die ITF-tornooien zit, dan weet ik het niet??

Elise Mertens: "le simple est encore une priorité mais en double, nous y allons pour gagner le tournoi."

Een achtste finale tegen Coco Gauff was vorig jaar pas het eindstation voor Elise Mertens (WTA 27) op Roland Garros. Deze editie hoopt ze minstens even goed te doen. Te beginnen met een zege op  Maria Lourdes Carle (WTA 83). ?Ze is Argentijns, ze zal dus wel veel ballen terugbrengen?, glimlachte de Limburgse wereldtopper.

Pour sa huitième participation à Roland-Garros, Elise Mertens est toujours tête de série. Alors qu’elle continue d'empiler les succès en double - en janvier - elle a encore remporté l’Open d’Australie - son parcours en simple est un peu plus chaotique. À Rome, elle a récemment été battue de manière surprenante par la Roumaine Begu. Elle expliqué cette défaite : « J’avais le cou bloqué, ce qui m’empêchait de bien servir. Si j'abandonnais ce match, je ne pouvais pas non plus participer plus tard dans la journée au double avec Su-Wei Hsieh. D’où le déroulement étrange du match.» Physiquement, tout est rentré dans l’ordre, mais avec quatre victoires en quatre tournois sur terre battue, la préparation pour Roland n’a pas généré la confiance escomptée. « Je suis quand même contente d'être toujours tête de série ici », continue Mertens. « Cela devrait faire une différence, même si je ne suis plus très sûre de rien. »

Il faudra malgré tout être vigilante Maria Lourdes Carle au premier tour. À Madrid, la Sud-Américaine de 24 ans a battu Raducanu et Kudermetova. « Je ne sais pas grand-chose d'elle », a dû admettre Mertens. « Elle n'est plus très jeune (24 ans), mais c'est une joueuse montante qui a obtenu quelques résultats ces derniers mois. Je ne sais pas comment elle joue, mais si elle est argentine, elle ramènera sûrement beaucoup de balles. De nos jours, le niveau général est tellement élevé qu'il n'y a plus de tours faciles. »  

De laatste jaren worden de enkelresultaten van Mertens een beetje in de schaduw gesteld door haar prestaties in het dubbelspel. Voelt de Limburgse zich nu eerder een enkel -of een dubbelspeelster? ?Nee, nee.?, was Mertens categoriek. ?Enkel is nog steeds mijn prioriteit. Dubbel speel ik enkel op de grandslam -en WTA 1000-tornooien. Ik sta toch nog altijd in de top 30, hè, dat is toch niet slecht?? Verre van maar dit is natuurlijk een gevolg van haar positie aan de top van de dubbelranking en het  bijhorend formidabel palmares. Op Roland Garros kan ze het kwartet van grandslamtitels in het dubbelspel trouwens vervolledigen. ?Dat speelt een rol, ja?, gaf Mertens toe. ?We hebben er dit jaar al eentje kunnen winnen en Su-Wei (Hsieh) is hier titelverdedigster, we gaan dus zeker voor winst.?

Mais d'abord, il y a le début du tournoi en simple. Mertens croit-elle encore en sa capacité à revenir dans le top 20 ? « Oui, » dit-elle avec une légère hésitation dans la voix. « Je m'entraîne toujours dur, j'obtiens encore des résultats et je prends toujours plaisir à travailler mon tennis. Cependant, je dois gagner plus de grands matchs. Un quart de finale dans un tournoi WTA 500 n'est pas suffisant, je dois viser les demi-finales ou les finales, si je veux atteindre le top 20. Ou bien bien performer ici, évidemment. Mais j'ai un quatrième tour à défendre… donc en fait, je devrais faire encore mieux. » 

Greet Minnen : "pour éviter ce genre de joueuse au prmeier tour (Rybakina), je dois devenir tête de série"

Elena Rybakina (WTA 4). Ce n'est pas exactement le nom que l'on veut voir sortir du chapeau quand on joue un tournoi du Grand Chelem sur sa surface la moins aimée, mais Greet Minnen (WTA 86) veut quand même faire de son mieux sur un beau court de Roland-Garros.

Après un retour époustouflant en 2023 - où elle est passée de la 229e à la 59e place mondiale - Greet Minnen, 26 ans, a connu cette saison l’autre face de la médaille. Le niveau était plus élevé, les tournois plus compétitifs et la concurrence plus grande. Il a donc fallu s’adapter. « C’était effectivement avec des hauts et des bas », a admis la native de Turnhout. « Un début difficile, mais j'ai ensuite mieux joué à Doha et à Miami. Ensuite, sur terre battue, je n'ai pas obtenu les résultats que j'espérais. Cette surface reste toujours un défi pour moi. Mentalement, il était difficile de ne pas répéter les succès de 2023 cette année. L'année dernière, j'étais presque chaque semaine en demi-finale ou en finale, j'ai gagné beaucoup de matchs. Mais à ce niveau, c’est naturellement beaucoup plus difficile. Mentalement, il a fallu accepter les défaites, accepter que l'on ne peut pas aller loin dans un tournoi chaque semaine. Le niveau est différent maintenant. Je gère cela un peu mieux désormais. »

Il se peut qu’elle doive puiser dans ses ressources ici à Paris. La gagnante de Wimbledon, Elena Rybakina, fait en effet partie des prétendantes au titre à la Porte d’Auteuil. « Ma première réaction a été : ce n'est pas une mince affaire », a ri Minnen. « Mais c'est comme ça. Ma seule option pour éviter ce genre de tirage est de m'améliorer et de devenir tête de série. C'est ce que je vais essayer de faire l'année prochaine. » Le match doit bien sûr encore se jouer. « Et la terre battue n’est pas non plus sa surface favorite », a rappelé Minnen. « Mais elle reste une joueuse qui va loin dans chaque tournoi auquel elle participe. Rybakina joue de manière très agressive avec un excellent timing, à moi de varier suffisamment pour la sortir de son rythme. Je dois faire des choses différentes de d'habitude. Je n'ai rien à perdre. Je joue sur un beau court avec une bonne ambiance. Une expérience de plus. Ce sera cool de jouer contre elle. »

David Goffin : « je jouerai encore certainement la saison prochaine. Après, on verra »

C’est un David Goffin particulièrement détendu qui s’est présenté devant la presse ce vendredi à Roland Garros. Il est vrai qu’il a toujours adoré ce tournoi où il s’est fait connaître du grand public en 2012 quand, en tant que lucky loser, il a réussi à se hisser en huitièmes de finale où il a joué contre son idole de toujours, un certain Roger Federer.

« Je suis vraiment content d’être ici, à Roland Garros à nouveau, avoue-t-il le sourire aux lèvres. Quand j’arrive ici il y a toujours une extra-motivation car c’est un tournoi qui me tient à cœur, j’ai aussi beaucoup de souvenirs ici. Je me sens prêt car j’aime bien les conditions de jeu ici. On verra bien ce que cela va donner. «

La satisfaction de David est d’autant plus grande qu’il est entré de justesse dans le tableau final. « Il s’agissait d’un objectif de début de saison. Et j’y suis arrivé, certes tout juste, mais je suis dans le tableau, c’est cela qui compte. » Un tournoi qu’il aborde donc avec confiance car, manifestement, les pépins de santé sont derrière lui. « Oui au niveau de la santé ça va. Les dernières semaines ont été compliquées, j’ai été calé au lit quelques jours puis, à Genève, au début, j’avais une angine et une infection à l’oreille mais là, ça va. Je devrais être à 100% pour mon premier match ici. » Un premier match qui le verra affronter le géant français Giovanni Mpetshi Perricard. « J’ai déjà joué (et perdu) contre lui. C’était à Anvers, sur une surface ultra rapide. Sur terre, ce sera différent mais cela va beaucoup dépendre de son service. Il joue bien, il est encore en piste à Lyon (il est en finale). Ce ne sera pas facile, d’autant qu’il aura le public avec lui. Il faudra que je joue libéré, que je le fasse se déplacer. »

En cas de victoire, David serait alors opposé au vainqueur d’un petit match du premier tour… 😉 « Avoir un Zverev - Nadal au premier tour, c’est fou. C’est LE premier tour de cette année. « Jouer contre un de ces deux joueurs au deuxième tour, ce serait top… vraiment. Même si ce serait une rencontre très difficile. Zverev est manifestement en forme puisqu’il a gagné un ATP 1000. Quant à Nadal, après Barcelone et Madrid, il donne l’impression de retrouver son tennis. Il faudra voir comment il tiendra physiquement car face à Zverev ; la dernière fois ici, les rallyes ont été incroyables et longs. »

Quel que soit son résultat à la Porte d’Auteuil, David Goffin envisage l’avenir avec sérénité. « Je vais essayer de revenir dans les 100, il y a encore des choses à faire pour y arriver mais je pense que je peux y arriver et, même, pourquoi pas, atteindre à nouveau la 70e ou 80e place ? Il ne me manque pas grand-chose, j’ai eu quelques bons matches ces derniers dix jours. Ce qui compte, ce n’est pas tant le résultat mais bien la manière dont on perd. Les matches que je perds, bien souvent, ce n’est pas à cause de l’autre joueur mais bien à cause de moi. C’est moi qui ne vais pas les chercher. Tout est entre mes mains pour que, d’ici la fin de saison, j’inverse la tendance. C’est une question de confiance, certes, mais aussi de la manière dont je commence mes matches. Trop souvent, je commence mal et je perds le premier set avant de perdre de justesse le troisième. Je peux résoudre cela. » Et, s’il évoque la fin de la saison, ne parlez pas au joueur belge le mieux classé de l’histoire, de fin de carrière. « Je sais que quelques joueurs de mon âge, comme Dominic Thiem ou Diego Schwartzman arrêtent cette année mais ce ne sera pas mon cas. Je jouerai encore certainement l’année prochaine et, après, on verra bien ce que je ressens. »

Reste alors à parler de l’événement heureux qui verra David devenir papa en septembre. « On est ravis, super contents, Je profite de chaque jour, de chaque semaine. De chaque étape. En septembre, ce sera un gros changement. » Lequel pourrait d’ailleurs avoir un impact sur la participation (ou non-participation) de David Goffin à la phase finale de Coupe Davis. « J’ai prévenu Steve (Darcis) très tôt. Je lui ai dit que cela allait être difficile. Si le bébé n’est pas encore arrivé, je serai tendu et s’il est déjà arrivé, j’aurai envie de passer du temps avec lui. (sourires). »

Alison Van Uytvanck : "Je n'ai plus peur de jouer au tennis"

Personne ne se promène dans Paris avec un plus grand sourire qu'Alison Van Uytvanck (WTA 398). Revenant de graves problèmes de dos, elle jouera dimanche à Roland Garros son premier match de Grand Chelem depuis l'Open d'Australie l'année dernière. "Je vais être stressée", a-t-elle avoué.

 

Il y a presque dix ans que la joueuse de 30 ans, Alison Van Uytvanck, a connu son "moment de gloire" à Roland Garros, où elle a captivé la Belgique pendant une semaine et demie en atteignant les quarts de finale. Son coach, Ann Devries, est toujours à ses côtés, mais une décennie de tennis professionnel a laissé des traces. Van Uytvanck a connu de nombreux problèmes de dos au cours des deux dernières années et travaille depuis quelques mois sur sa dernière tentative de retour. "Mon corps va plus ou moins bien maintenant", a déclaré le natif du Brabant. "J'ai quelques problèmes ici et là, mais je n'ai plus peur de jouer au tennis."

Van Uytvanck s'est senti profondément touché, ce qui est compréhensible. "Nous avons beaucoup douté. Si je pouvais encore revenir ? Si je serais encore capable d'atteindre un niveau décent ? Je me suis beaucoup entraînée, mais lorsque vous avez une rechute après quelques mois et que vous devez tout recommencer, cela devient difficile." En décembre, elle a subi une intervention chirurgicale majeure. "On m'a planté six aiguilles chaudes et épaisses dans le dos, puis on m'a injecté beaucoup d'eau froide le long de ces aiguilles", a expliqué Van Uytvanck. "On m'a ensuite injecté beaucoup d'eau froide le long de ces aiguilles, afin d'engourdir les nerfs. C'était très douloureux. D'autant plus que j'ai dû rester éveillé pendant la procédure. Cette anesthésie devrait fonctionner pendant un an. Pour l'instant, ça se passe bien."

Il est donc logique que Van Uytvanck soit très heureuse de participer à nouveau au plus grand tournoi sur gazon du monde. D'autant plus qu'elle s'est remise en selle ces dernières semaines dans les petits tournois ITF. A Hammamet (W35), elle a même remporté le titre, mais cela n'a pas été une partie de plaisir. "C'était terrible", a déclaré Van Uytvanck en riant. "C'est vraiment un retour aux sources. C'est aussi un peu sous-estimé. On est habitué à ce que tout soit bien organisé, à ce que l'on reçoive de l'eau à l'entraînement, par exemple. Là, il n'y a pas eu d'eau. On ne reçoit jamais de nouveaux ballons. À mon âge, je me suis vraiment demandé ce que je faisais là. Honnêtement, si ma femme n'avait pas été là, je ne suis pas sûr que je serais allé en Tunisie. Trouver la motivation, après la carrière que j'ai eue, pour écumer ces petits tournois, c'est piquant."

Une autre chose que Van Uytvanck a apprise au cours de ces derniers mois, c'est que la concurrence sur le circuit est féroce. "Tout le monde peut jouer au tennis", dit-elle. "Même les filles qui sont classées 300e ou 400e. Il est difficile de revenir dans le top 100." Un raccourci possible, bien sûr, est une bonne performance à Roland Garros et dans les autres tournois majeurs dans lesquels elle peut encore utiliser son classement protégé. "Il me reste cinq tournois WTA et deux tournois du Grand Chelem, et comme je vais jouer sur gazon autant que possible, je vais les utiliser là-bas." Mais d'abord, donc, ici à Paris, où elle affrontera dimanche une adversaire issue des qualifications. "Je vais être stressée", sait Van Uytvanck. "Et ce sera difficile mentalement de gérer cela, mais je vais tout donner." Avec le sourire.  

Zizou Bergs: ?Dit is Zizou 24!?

De zege van de definitieve doorbraak? Daar heeft het alle schijn naar. Zizou Bergs (ATP 102) knokte zich naar zijn allereerste grandslamoverwinning en dat dan nog tegen een reekshoofd, Alejandro Tabilo (ATP 25), killer van Novak Djokovic in Rome! De Limburgse qualifier kan in deze vorm met vertrouwen naar een tweede ronde tegen Maximilian Marterer (ATP 101).

Wie gaf bij 3-6, 2-5 nog een cent voor de kansen van Zizou Bergs tijdens zijn eerste uitje op de hoofdtabel van Roland Garros? Alejandro Tabilo speelde vlotjes terwijl de 24-jarige Peltenaar tegen zichzelf vocht. Zijn tennis wilde maar niet loskomen terwijl de setpunten en de frustratie zich opstapelden. Maar Bergs beschikt gelukkig over een leeuwenhart en begon terug te knokken. Hij weerde maar liefst zes setpunten af en kroop, met de steun van de Belgische fans, dichter en dichter bij zijn Chileense opponent ?Ik was eigenlijk alleen op zoek naar mijn niveau?, zuchtte Bergs. ?Het was immers niet goed. Stapje per stapje ging het iets beter, maar ik zat toch nog ver. Maar de fans zetten zich erachter. Ik weet wel niet hoe ik die setpunten heb gered. Maar na een tijdje realiseerde ik mij wel dat ook hij niet top was. De omstandigheden waren ook wat anders dan de voorbije dagen.

Zo?n eerste grandslamzege ? na twee keer proberen op de Australian Open en één keer op Wimbledon ? smaakt zoet. De ontlading was enorm. ?Het is ongelooflijk?, grinnikte Bergs. ?Ik voel de adrenaline nog een beetje. Ik heb al wel wat ademhalingsoefeningen gedaan, maar het is moeilijk.? Deze overwinning zit dan ook vol symboliek: de eerste dus op Roalnd Garros, de eerste tegen een speler uit de top 25, waar hoogstwaarschijnlijk ook een plaats in de top 100 aan vastzit. Prachtig. De doorbraak lijkt hiermee helemaal ingezet. ?Dit is de Zizou 24!?, zei Bergs. ?De Zizou die er eigenlijk in het verleden nooit in slaagde om met matig tennis matchen over de streep te trekken. Maar nu hier op Roland Garros heb ik er zo al twee gewonnen. Dat is de grote switch geweest na mijn polsblessure. Ik ben solide geworden. En dit zijn de zeges die me opnieuw kansen gaan geven om beter te tennissen en nog meer matchen te winnen. Dat is echt wel top!?

Wij, en heel tennisminnend België, kijken dan ook al uit naar zijn volgende ronde. Met de 28-jarige Duitser Maximilian Marterer treft hij een tegenstrever die hij redelijk goed kent ? ze speelde drie keer eerder tegen mekaar (2-1 voor Bergs) ? en die binnen zijn mogelijkheden ligt. ?De deur staat open en aan mij om die weg nu verder te zetten?, klonk Bergs overtuigd. ?Hij is linkshandig en agressief maar op gravel speel ik wel graag tegen hem. Een leuke opportuniteit.? Zizou in Parijs is stilaan een heel mooi verhaal aan het worden. ?En zeggen dat Roland Garros vroeger mijn minst favoriete grandslamtornooi was?, lachte Bergs. ?Maar de sfeer hier is echt zalig. Die kwalificatierondes al, met dat orkest in de tribune. Dat is ongelooflijk. Om dan zoveel Belgen te hebben die mee helpen aan die  ambiance, dat is gewoon heel fijn om mee te maken.?

Elise Mertens: "le simple est encore une priorité mais en double, nous y allons pour gagner le tournoi."

Een achtste finale tegen Coco Gauff was vorig jaar pas het eindstation voor Elise Mertens (WTA 27) op Roland Garros. Deze editie hoopt ze minstens even goed te doen. Te beginnen met een zege op  Maria Lourdes Carle (WTA 83). ?Ze is Argentijns, ze zal dus wel veel ballen terugbrengen?, glimlachte de Limburgse wereldtopper.

Pour sa huitième participation à Roland-Garros, Elise Mertens est toujours tête de série. Alors qu’elle continue d'empiler les succès en double - en janvier - elle a encore remporté l’Open d’Australie - son parcours en simple est un peu plus chaotique. À Rome, elle a récemment été battue de manière surprenante par la Roumaine Begu. Elle expliqué cette défaite : « J’avais le cou bloqué, ce qui m’empêchait de bien servir. Si j'abandonnais ce match, je ne pouvais pas non plus participer plus tard dans la journée au double avec Su-Wei Hsieh. D’où le déroulement étrange du match.» Physiquement, tout est rentré dans l’ordre, mais avec quatre victoires en quatre tournois sur terre battue, la préparation pour Roland n’a pas généré la confiance escomptée. « Je suis quand même contente d'être toujours tête de série ici », continue Mertens. « Cela devrait faire une différence, même si je ne suis plus très sûre de rien. »

Il faudra malgré tout être vigilante Maria Lourdes Carle au premier tour. À Madrid, la Sud-Américaine de 24 ans a battu Raducanu et Kudermetova. « Je ne sais pas grand-chose d'elle », a dû admettre Mertens. « Elle n'est plus très jeune (24 ans), mais c'est une joueuse montante qui a obtenu quelques résultats ces derniers mois. Je ne sais pas comment elle joue, mais si elle est argentine, elle ramènera sûrement beaucoup de balles. De nos jours, le niveau général est tellement élevé qu'il n'y a plus de tours faciles. »  

De laatste jaren worden de enkelresultaten van Mertens een beetje in de schaduw gesteld door haar prestaties in het dubbelspel. Voelt de Limburgse zich nu eerder een enkel -of een dubbelspeelster? ?Nee, nee.?, was Mertens categoriek. ?Enkel is nog steeds mijn prioriteit. Dubbel speel ik enkel op de grandslam -en WTA 1000-tornooien. Ik sta toch nog altijd in de top 30, hè, dat is toch niet slecht?? Verre van maar dit is natuurlijk een gevolg van haar positie aan de top van de dubbelranking en het  bijhorend formidabel palmares. Op Roland Garros kan ze het kwartet van grandslamtitels in het dubbelspel trouwens vervolledigen. ?Dat speelt een rol, ja?, gaf Mertens toe. ?We hebben er dit jaar al eentje kunnen winnen en Su-Wei (Hsieh) is hier titelverdedigster, we gaan dus zeker voor winst.?

Mais d'abord, il y a le début du tournoi en simple. Mertens croit-elle encore en sa capacité à revenir dans le top 20 ? « Oui, » dit-elle avec une légère hésitation dans la voix. « Je m'entraîne toujours dur, j'obtiens encore des résultats et je prends toujours plaisir à travailler mon tennis. Cependant, je dois gagner plus de grands matchs. Un quart de finale dans un tournoi WTA 500 n'est pas suffisant, je dois viser les demi-finales ou les finales, si je veux atteindre le top 20. Ou bien bien performer ici, évidemment. Mais j'ai un quatrième tour à défendre… donc en fait, je devrais faire encore mieux. » 

Greet Minnen : "pour éviter ce genre de joueuse au prmeier tour (Rybakina), je dois devenir tête de série"

Elena Rybakina (WTA 4). Ce n'est pas exactement le nom que l'on veut voir sortir du chapeau quand on joue un tournoi du Grand Chelem sur sa surface la moins aimée, mais Greet Minnen (WTA 86) veut quand même faire de son mieux sur un beau court de Roland-Garros.

Après un retour époustouflant en 2023 - où elle est passée de la 229e à la 59e place mondiale - Greet Minnen, 26 ans, a connu cette saison l’autre face de la médaille. Le niveau était plus élevé, les tournois plus compétitifs et la concurrence plus grande. Il a donc fallu s’adapter. « C’était effectivement avec des hauts et des bas », a admis la native de Turnhout. « Un début difficile, mais j'ai ensuite mieux joué à Doha et à Miami. Ensuite, sur terre battue, je n'ai pas obtenu les résultats que j'espérais. Cette surface reste toujours un défi pour moi. Mentalement, il était difficile de ne pas répéter les succès de 2023 cette année. L'année dernière, j'étais presque chaque semaine en demi-finale ou en finale, j'ai gagné beaucoup de matchs. Mais à ce niveau, c’est naturellement beaucoup plus difficile. Mentalement, il a fallu accepter les défaites, accepter que l'on ne peut pas aller loin dans un tournoi chaque semaine. Le niveau est différent maintenant. Je gère cela un peu mieux désormais. »

Il se peut qu’elle doive puiser dans ses ressources ici à Paris. La gagnante de Wimbledon, Elena Rybakina, fait en effet partie des prétendantes au titre à la Porte d’Auteuil. « Ma première réaction a été : ce n'est pas une mince affaire », a ri Minnen. « Mais c'est comme ça. Ma seule option pour éviter ce genre de tirage est de m'améliorer et de devenir tête de série. C'est ce que je vais essayer de faire l'année prochaine. » Le match doit bien sûr encore se jouer. « Et la terre battue n’est pas non plus sa surface favorite », a rappelé Minnen. « Mais elle reste une joueuse qui va loin dans chaque tournoi auquel elle participe. Rybakina joue de manière très agressive avec un excellent timing, à moi de varier suffisamment pour la sortir de son rythme. Je dois faire des choses différentes de d'habitude. Je n'ai rien à perdre. Je joue sur un beau court avec une bonne ambiance. Une expérience de plus. Ce sera cool de jouer contre elle. »

David Goffin : « je jouerai encore certainement la saison prochaine. Après, on verra »

C’est un David Goffin particulièrement détendu qui s’est présenté devant la presse ce vendredi à Roland Garros. Il est vrai qu’il a toujours adoré ce tournoi où il s’est fait connaître du grand public en 2012 quand, en tant que lucky loser, il a réussi à se hisser en huitièmes de finale où il a joué contre son idole de toujours, un certain Roger Federer.

« Je suis vraiment content d’être ici, à Roland Garros à nouveau, avoue-t-il le sourire aux lèvres. Quand j’arrive ici il y a toujours une extra-motivation car c’est un tournoi qui me tient à cœur, j’ai aussi beaucoup de souvenirs ici. Je me sens prêt car j’aime bien les conditions de jeu ici. On verra bien ce que cela va donner. «

La satisfaction de David est d’autant plus grande qu’il est entré de justesse dans le tableau final. « Il s’agissait d’un objectif de début de saison. Et j’y suis arrivé, certes tout juste, mais je suis dans le tableau, c’est cela qui compte. » Un tournoi qu’il aborde donc avec confiance car, manifestement, les pépins de santé sont derrière lui. « Oui au niveau de la santé ça va. Les dernières semaines ont été compliquées, j’ai été calé au lit quelques jours puis, à Genève, au début, j’avais une angine et une infection à l’oreille mais là, ça va. Je devrais être à 100% pour mon premier match ici. » Un premier match qui le verra affronter le géant français Giovanni Mpetshi Perricard. « J’ai déjà joué (et perdu) contre lui. C’était à Anvers, sur une surface ultra rapide. Sur terre, ce sera différent mais cela va beaucoup dépendre de son service. Il joue bien, il est encore en piste à Lyon (il est en finale). Ce ne sera pas facile, d’autant qu’il aura le public avec lui. Il faudra que je joue libéré, que je le fasse se déplacer. »

En cas de victoire, David serait alors opposé au vainqueur d’un petit match du premier tour… 😉 « Avoir un Zverev - Nadal au premier tour, c’est fou. C’est LE premier tour de cette année. « Jouer contre un de ces deux joueurs au deuxième tour, ce serait top… vraiment. Même si ce serait une rencontre très difficile. Zverev est manifestement en forme puisqu’il a gagné un ATP 1000. Quant à Nadal, après Barcelone et Madrid, il donne l’impression de retrouver son tennis. Il faudra voir comment il tiendra physiquement car face à Zverev ; la dernière fois ici, les rallyes ont été incroyables et longs. »

Quel que soit son résultat à la Porte d’Auteuil, David Goffin envisage l’avenir avec sérénité. « Je vais essayer de revenir dans les 100, il y a encore des choses à faire pour y arriver mais je pense que je peux y arriver et, même, pourquoi pas, atteindre à nouveau la 70e ou 80e place ? Il ne me manque pas grand-chose, j’ai eu quelques bons matches ces derniers dix jours. Ce qui compte, ce n’est pas tant le résultat mais bien la manière dont on perd. Les matches que je perds, bien souvent, ce n’est pas à cause de l’autre joueur mais bien à cause de moi. C’est moi qui ne vais pas les chercher. Tout est entre mes mains pour que, d’ici la fin de saison, j’inverse la tendance. C’est une question de confiance, certes, mais aussi de la manière dont je commence mes matches. Trop souvent, je commence mal et je perds le premier set avant de perdre de justesse le troisième. Je peux résoudre cela. » Et, s’il évoque la fin de la saison, ne parlez pas au joueur belge le mieux classé de l’histoire, de fin de carrière. « Je sais que quelques joueurs de mon âge, comme Dominic Thiem ou Diego Schwartzman arrêtent cette année mais ce ne sera pas mon cas. Je jouerai encore certainement l’année prochaine et, après, on verra bien ce que je ressens. »

Reste alors à parler de l’événement heureux qui verra David devenir papa en septembre. « On est ravis, super contents, Je profite de chaque jour, de chaque semaine. De chaque étape. En septembre, ce sera un gros changement. » Lequel pourrait d’ailleurs avoir un impact sur la participation (ou non-participation) de David Goffin à la phase finale de Coupe Davis. « J’ai prévenu Steve (Darcis) très tôt. Je lui ai dit que cela allait être difficile. Si le bébé n’est pas encore arrivé, je serai tendu et s’il est déjà arrivé, j’aurai envie de passer du temps avec lui. (sourires). »

Alison Van Uytvanck : "Je n'ai plus peur de jouer au tennis"

Personne ne se promène dans Paris avec un plus grand sourire qu'Alison Van Uytvanck (WTA 398). Revenant de graves problèmes de dos, elle jouera dimanche à Roland Garros son premier match de Grand Chelem depuis l'Open d'Australie l'année dernière. "Je vais être stressée", a-t-elle avoué.

 

Il y a presque dix ans que la joueuse de 30 ans, Alison Van Uytvanck, a connu son "moment de gloire" à Roland Garros, où elle a captivé la Belgique pendant une semaine et demie en atteignant les quarts de finale. Son coach, Ann Devries, est toujours à ses côtés, mais une décennie de tennis professionnel a laissé des traces. Van Uytvanck a connu de nombreux problèmes de dos au cours des deux dernières années et travaille depuis quelques mois sur sa dernière tentative de retour. "Mon corps va plus ou moins bien maintenant", a déclaré le natif du Brabant. "J'ai quelques problèmes ici et là, mais je n'ai plus peur de jouer au tennis."

Van Uytvanck s'est senti profondément touché, ce qui est compréhensible. "Nous avons beaucoup douté. Si je pouvais encore revenir ? Si je serais encore capable d'atteindre un niveau décent ? Je me suis beaucoup entraînée, mais lorsque vous avez une rechute après quelques mois et que vous devez tout recommencer, cela devient difficile." En décembre, elle a subi une intervention chirurgicale majeure. "On m'a planté six aiguilles chaudes et épaisses dans le dos, puis on m'a injecté beaucoup d'eau froide le long de ces aiguilles", a expliqué Van Uytvanck. "On m'a ensuite injecté beaucoup d'eau froide le long de ces aiguilles, afin d'engourdir les nerfs. C'était très douloureux. D'autant plus que j'ai dû rester éveillé pendant la procédure. Cette anesthésie devrait fonctionner pendant un an. Pour l'instant, ça se passe bien."

Il est donc logique que Van Uytvanck soit très heureuse de participer à nouveau au plus grand tournoi sur gazon du monde. D'autant plus qu'elle s'est remise en selle ces dernières semaines dans les petits tournois ITF. A Hammamet (W35), elle a même remporté le titre, mais cela n'a pas été une partie de plaisir. "C'était terrible", a déclaré Van Uytvanck en riant. "C'est vraiment un retour aux sources. C'est aussi un peu sous-estimé. On est habitué à ce que tout soit bien organisé, à ce que l'on reçoive de l'eau à l'entraînement, par exemple. Là, il n'y a pas eu d'eau. On ne reçoit jamais de nouveaux ballons. À mon âge, je me suis vraiment demandé ce que je faisais là. Honnêtement, si ma femme n'avait pas été là, je ne suis pas sûr que je serais allé en Tunisie. Trouver la motivation, après la carrière que j'ai eue, pour écumer ces petits tournois, c'est piquant."

Une autre chose que Van Uytvanck a apprise au cours de ces derniers mois, c'est que la concurrence sur le circuit est féroce. "Tout le monde peut jouer au tennis", dit-elle. "Même les filles qui sont classées 300e ou 400e. Il est difficile de revenir dans le top 100." Un raccourci possible, bien sûr, est une bonne performance à Roland Garros et dans les autres tournois majeurs dans lesquels elle peut encore utiliser son classement protégé. "Il me reste cinq tournois WTA et deux tournois du Grand Chelem, et comme je vais jouer sur gazon autant que possible, je vais les utiliser là-bas." Mais d'abord, donc, ici à Paris, où elle affrontera dimanche une adversaire issue des qualifications. "Je vais être stressée", sait Van Uytvanck. "Et ce sera difficile mentalement de gérer cela, mais je vais tout donner." Avec le sourire.  

Zizou Bergs: "Ce vendredi, j'étais un peu Andy Murray"

Ce vendredi, pour un match oh combien important, Zizou Bergs (ATP 102) a tout d'abord dominé la rencontre face à Mathias Bourgue (ATP 289). Ensuite, le public français a joué son rôle et a poussé son joueur jusqu'au tie-break du deuxième set, le tout dans une ambiance de feu. Mais finalement, Zizou Bergs a remporté une victoire méritée sur le score de 6-2, 7-6, obtenant ainsi sa première place dans le tableau principal de Roland Garros. Au premier tour, il sera opposé au Chilien Tabilo, 24eme joueur mondial..ste reekshoofd Alejandro Tabilo (ATP 25).

"Quand ils ont entonné la Marseillaise, j'ai eu envie de chanter avec eux!" Zizou Bergs, on le sait, est l'homme des grands rendez-vous et, ce vendredi, sur un Court Suzanne Lenglen bondé, il a connu un grand moment. Contre le Français de 30 ans, Mathias Bourgue, Zizou a longtemps été le maître du jeu et a joué son meilleur match de qualification de la semaine. À 6-2, 5-4, il a cependant ressenti la pression des 10 000 Français qui soufflaient dans son dos et la fin du match est devenue particulièrement tendue. "C'était tout simplement irréel, jouer un tel match, dans un tel stade, avec une telle ambiance", confiait Bergs après coup. "C'était comme la Coupe Davis, mais sans entraîneur sur le banc. C'est pour cela que je joue au tennis! Mon rêve n'est pas de gagner Roland Garros, mais bien de pouvoir jouer dans une telle atmosphère. Je me souviens encore de ma première visite ici, je n'avais pas encore dix ans. Nous avons regardé le duel entre Murray et Tsonga sur le Lenglen et à un moment donné, j'ai dit à mes parents que je voulais partir. Je ne pouvais plus le supporter. Tout le monde était pour Tsonga et contre Murray, et j'avais vraiment pitié de Murray. Eh bien, j'y ai repensé ce vendredi à un moment donné. Et je me suis dit : maintenant, c'est moi Murray."

Après avoir échoué deux fois à conclure ce match, Bergs a tout de même réussi à garder son calme. Un signe clair qu'il a fait des progrès et qu'il a gagné en maturité. "Avant, j'aurais probablement brisé ma raquette", a avoué le Limbourgeois. "Aujourd'hui, je reste calme. Mentalement, je suis au top. Je me sens plus fort, plus intelligent. Et cela peut sembler étrange, mais ces circonstances m'ont en fait facilité la tâche pour garder la tête froide. Je voyais aussi chez lui un peu de nervosité. L'essentiel était d'accepter que ce n'était peut-être pas parfait à ce moment-là, mais que je devais simplement gagner ce match." Ce qu'il a fait. Ce qui lui a permis de se qualifier pour la première fois pour le tableau principal de Roland Garros. Après l'Open d'Australie et Wimbledon, il rejoint donc aussi les grands à Paris.

Le tirage au sort de ce tableau final n'a pas été très favorable à Bergs. Carlos Alcaraz aurait évidemment été un adversaire plus difficile, mais avec Alejandro Tabilo, il affronte tout de même un Chilien en forme - il a par exemple battu Novak Djokovic à Rome. "Je connais un peu Tabilo que j'ai croisé lors de tournois challengers," a déclaré Bergs. "Il perce vraiment depuis cette saison. Mais jouer un premier tour contre un qualifié n'est pas facile pour lui non plus. Surtout pas contre un qualifié qui, à mon avis, peut être dangereux. Il aura aussi vu que j'ai bien joué contre Nadal. Et ce dimanche, j'aurai l'avantage d'avoir beaucoup de Belges présents, donc le public sera de mon côté. Ces derniers mois, j'ai déjà joué quelques grands matchs, contre Nadal, Tsitsipas, Rublev et Shelton. J'étais à chaque fois près de franchir une nouvelle étape dans ma carrière. Dimanche, je vais encore essayer, et j'espère que cette fois-ci, la porte s'ouvrira."

Alison Van Uytvanck : "Je n'ai plus peur de jouer au tennis"

Personne ne se promène dans Paris avec un plus grand sourire qu'Alison Van Uytvanck (WTA 398). Revenant de graves problèmes de dos, elle jouera dimanche à Roland Garros son premier match de Grand Chelem depuis l'Open d'Australie l'année dernière. "Je vais être stressée", a-t-elle avoué.

 

Il y a presque dix ans que la joueuse de 30 ans, Alison Van Uytvanck, a connu son "moment de gloire" à Roland Garros, où elle a captivé la Belgique pendant une semaine et demie en atteignant les quarts de finale. Son coach, Ann Devries, est toujours à ses côtés, mais une décennie de tennis professionnel a laissé des traces. Van Uytvanck a connu de nombreux problèmes de dos au cours des deux dernières années et travaille depuis quelques mois sur sa dernière tentative de retour. "Mon corps va plus ou moins bien maintenant", a déclaré le natif du Brabant. "J'ai quelques problèmes ici et là, mais je n'ai plus peur de jouer au tennis."

Van Uytvanck s'est senti profondément touché, ce qui est compréhensible. "Nous avons beaucoup douté. Si je pouvais encore revenir ? Si je serais encore capable d'atteindre un niveau décent ? Je me suis beaucoup entraînée, mais lorsque vous avez une rechute après quelques mois et que vous devez tout recommencer, cela devient difficile." En décembre, elle a subi une intervention chirurgicale majeure. "On m'a planté six aiguilles chaudes et épaisses dans le dos, puis on m'a injecté beaucoup d'eau froide le long de ces aiguilles", a expliqué Van Uytvanck. "On m'a ensuite injecté beaucoup d'eau froide le long de ces aiguilles, afin d'engourdir les nerfs. C'était très douloureux. D'autant plus que j'ai dû rester éveillé pendant la procédure. Cette anesthésie devrait fonctionner pendant un an. Pour l'instant, ça se passe bien."

Il est donc logique que Van Uytvanck soit très heureuse de participer à nouveau au plus grand tournoi sur gazon du monde. D'autant plus qu'elle s'est remise en selle ces dernières semaines dans les petits tournois ITF. A Hammamet (W35), elle a même remporté le titre, mais cela n'a pas été une partie de plaisir. "C'était terrible", a déclaré Van Uytvanck en riant. "C'est vraiment un retour aux sources. C'est aussi un peu sous-estimé. On est habitué à ce que tout soit bien organisé, à ce que l'on reçoive de l'eau à l'entraînement, par exemple. Là, il n'y a pas eu d'eau. On ne reçoit jamais de nouveaux ballons. À mon âge, je me suis vraiment demandé ce que je faisais là. Honnêtement, si ma femme n'avait pas été là, je ne suis pas sûr que je serais allé en Tunisie. Trouver la motivation, après la carrière que j'ai eue, pour écumer ces petits tournois, c'est piquant."

Une autre chose que Van Uytvanck a apprise au cours de ces derniers mois, c'est que la concurrence sur le circuit est féroce. "Tout le monde peut jouer au tennis", dit-elle. "Même les filles qui sont classées 300e ou 400e. Il est difficile de revenir dans le top 100." Un raccourci possible, bien sûr, est une bonne performance à Roland Garros et dans les autres tournois majeurs dans lesquels elle peut encore utiliser son classement protégé. "Il me reste cinq tournois WTA et deux tournois du Grand Chelem, et comme je vais jouer sur gazon autant que possible, je vais les utiliser là-bas." Mais d'abord, donc, ici à Paris, où elle affrontera dimanche une adversaire issue des qualifications. "Je vais être stressée", sait Van Uytvanck. "Et ce sera difficile mentalement de gérer cela, mais je vais tout donner." Avec le sourire.  

Zizou Bergs : "Les émotions sont difficiles à contrôler quand on a mon caractère"

L'un était déçu par la défaite, l'autre par son niveau irrégulier. Voilà ce qui se passe quand deux compatriotes, qui sont de surcroît amis, s'affrontent dans un deuxième tour de qualification, il n'en ressort aucun gagnant. Zizou Bergs Zizou Bergs est sorti finalement sorti vainqueur de Joris De Loore en trois sets. Il est à un match de la qualification. Joris De Loore Il jouera contre le Français Mathias Bourgue

Le match s'est déroulé sur un court assez bruyant car, non loin du terrain 8, sur le Court Suzanne Lenglen les adieux de Diego Schwartzman ont provoqué beaucoup de bruit. Lequel était aussi instable que le temps. Soleil et pluie se sont en effet succédé continuellement. Ce qui n'avantageait évidemment pas ni Zizou Bergs ni Joris De Loore. Après une bonne première manche, Joris a profité d'une baisse de régime de Zizou, après quoi le troisième set est devenu un combat contre les éléments, les émotions et la tension. Bergs a triomphé mais n'a pas puafficher de joie à la fin de la rencontre. "C'était un match particulièrement difficile", a-t-il soupiré. "J'étais très nerveux. Le fait que j'avais perdu contre Joris à Lille était apparemment resté dans ma tête. Je n'ai en fait jamais complètement été dans mon élément durant tout le match. Je ne pouvais jamais vraiment déployer mon style de jeu. Par moments oui, sinon on ne peut pas gagner un tel match, mais dans l'ensemble, pas assez souvent."

Joris De Loore confirme: "C'était un match serré. Dans le troisième set, il y a eu un jeu moins bon de ma part et il est resté assez constant dans ses jeux de service. Mon service était un peu trop irrégulier, c'est là que j'ai laissé filer la victoire. J'aurais peut-être dû encore monter en puissance dans le troisième set, comme je l'ai fait à 4-5 (ndlr: il a eu une balle de break). Dommage." Bergs, de son côté, a essayé de voir le positif après un tel combat. "Je suis critique envers moi-même et je ne suis pas satisfait de la manière dont j'ai digéré mentalement ce deuxième set. Dans le troisième set, j'étais là mais avec un peu trop d'émotions. Maintenant, ces dernières sont difficiles à contrôler quand on a un caractère comme le mien. Je pense qu'on a toujours besoin d'un tel match en qualifications. Un match où tu ressens du stress, où tu voudrais mieux jouer mais aussi un match où tu sais qu'il y a de grandes chances que ça s'améliore au tour suivant."

Au troisième et dernier tour, Zizou affrontera le Français de 30 ans Matthias Bourgue (ATP 289). "Je l'ai joué il y a longtemps (2018) mais je n'ai pas d'expérience récente contre lui. C'est un tirage assez intéressant. Je vais tout faire pour proposer mon meilleur tennis." En cas de victoire, Zizou se qualifierait pour la première fois pour le tableau final de Roland Garros.

Zizou Bergs : "La pression me maintient concentré"

Mission accomplie pour Zizou Bergs (ATP 102). En 67 minutes, il a survolé son match à Paris en battant. Clement Chidekh (ATP 280) 6-1, 6-1. Au deuxième tour, il rencontrera donc Joris De Loore (ATP 198).

Après son match, Zizou Bergs était évidemment ravi: "Je le connaissais et l'avais vu dans des tournois sur dur en fin d'année dernière où il jouait bien et obtenait de bons résultats. Je ne devais donc certainement pas le sous-estimer. Maintenant, la terre battue lui convient un peu moins comme surface. C'est pour cela que j'ai vraiment développé un jeu de terre. Ce que j'ai assez bien réussi. Seul mon pourcentage de service (41%) était peut-être un peu bas, mais c'est toujours bon de savoir que je peux encore mieux faire."

Cela pourrait être nécessaire au prochain tour, lorsque Bergs, 24 ans, qui n'en est qu'à son troisième Roland-Garros, affrontera son ami Joris De Loore. Ce sera la troisième fois cette année (Open d'Australie, Lille, Roland Garros) que les deux Belges s'affronteront. "Nous avons eu un combat incroyable à Lille", se souvient Zizou Bergs. "Nous sommes à égalité, mais nous n’avons pas encore joué sur terre battu. Nous allons donc voir comment nous allons l'aborder"

Bergs est manifestement bien remis physiquement. On se souvient qu'il avait déclaré forfait en dernière minute à Bordeaux la semaine dernière. "Rome a été difficile", a reconnu le Limbourgeois. "J'y ai vécu énormément d'émotions. J'ai tout de suite adoré l'ambiance en Italie, puis j'ai pu jouer contre Nadal. Un rêve! Après, Bordeaux, j'ai ressenti une grosse décompression. J’ai reçu toutes sortes de signaux indiquant que les choses allaient être difficiles. Je n'avais pas d'énergie pour m'entraîner. Un jour avant la compétition, j'ai senti quelque chose dans mes muscles abdominaux, que j'avais déchiré il y a un an et demi. Il était évident que je devais prendre un peu de repos. Je savais ce qui était en jeu, mais je suis persuadé que nous avons pris la bonne décision, mon équipe et moi."

Le classement de zizou, ainsi que ses dernières perfs suscitent évidemment beaucoup d'attentes, à Paris et après. "Quand vous jouez trois sets contre Nadal, tout le monde pense qua la qualification pour le tableau final est une formalité", sourit Bergs. "Mais ça ne marche pas comme ça. Il y a beaucoup de gars ici qui aspirent à la même chose que moi. Mais la pression ne me dérange pas beaucoup. Cette pression me permet de rester concentré et, aussi, de me surpasser."

Joris De Loore va jouer contre son ami Zizou

Excellente performance de Joris De Loore (ATP 198) lors de son premier tour de qualification à Roland-Garros. Le jeune Estonien Mark Lajal (ATP 207) a été battu 6-2, 6-3. Le Brugeois affrontera va rencontrer une vieille connaissance, un certain Zizou Bergs.

Joris De Loore a a ouvert le bal belge à Roland-Garros. Sur le court numéro douze, il est assez facilement venu à bout de Mark Lajal (ATP 209). "C'était un bon match, a confié De Loore. Ces derniers jours, j'ai retrouvé un niveau raisonnable. Je suis donc content d'avoir pu remporter ce match de manière 'propre'. Je suis très satisfait de mon match car Mark est un joueur dangereux."

Le deuxième tour contre Zizou Bergs risque d'être plus compliqué, il s'agira déjà de la troisième rencontre entre les deux Belges. "Une deuxième fois dans un tournoi du Grand Chelem (à l'Open d'Australie) Bergs était le meilleur, ndlr)", reconnait De Loore. "D'un côté, c'est dommage parce que nous voulons tous les deux atteindre le tableau principal, mais au moins, il y aura déjà un Belge au dernier tour. Nous nous connaissons bien, ce qui ne rend certainement pas les choses faciles. Nous verrons ce que cela donnera sur terre battue."

Joris De Loore, rappelons-le, n'a pas eu une préparation parfaite pour ce French Open. Des calcifications au genou et peu de victoires ont rendu sa saison sur terre battue assez compliquée. "J'ai eu un peu de malchance, a-t-il expliqué. "J'ai joué de bons matchs mais sans succès. Au Portugal (quart de finale à Oeiras), mon niveau était de nouveau assez bon. J'avais donc de grandes attentes au début de ce tournoi de qualification." Précisons que c'est déjà la dixième fois que De Loore participe à ces matchs de qualification d'un tournoi du Grand Chelem, sans jamais réussir à les terminer avec succès. "Je suis passé très près à plusieurs reprises", a-t-il ajouté. "Ça finira bien par arriver un jour."